série “Faune domestique” – 2013/2016

Cette fois le corps est parti. Nous l’avons raté.
Ces assemblages d’objet, plan, et de ligne, sont la syntaxe d’une poésie étrange qui n’a aucune prétention allégorique. Nous avons aussi dépassé la beauté d’une rencontre fortuite. Les objets ancrés par la puissance d’une composition formelle  ne sont plus de simples objets usuels ou décoratifs, mais des objets photographiques.
Cependant, nous sommes loin d’une photographie ascétique. Le quotidien – une inquiétante familiarité – nous parvient par effluves lointaines. Presque effacé, mais tout de même perceptible.
La mise en scène nous confond. Les objets sont méconnaissables, emprisonnés dans des plans renversés, des horizons verticaux et indéterminables. Nous pouvons nommer les éléments visibles de ces compositions silencieuses, pourtant tout nous échappe. Vertige, la composition est damnée, elle ne pourra jamais se décomposer. Elle est l’image d’une image. La taxidermie, omniprésente, à rendu la faune survivante à sa propre mort. En cela elle est image avant l’intervention de la photographie, ces natures sont doublement mortes.
Pas de trophées de chasse, ni de vanité à proprement parler. Aucune chair n’a  été consommée elle à tout simplement disparu.

texte de Clothilde Sourdeval / Mai 2014.

“Domestic Fauna” – 2013/2015
This time the body is gone. We missed it .
These assemblages of object , surface and line are the syntax of a strange poetry that has no allegorical pretensions. We also went beyond the beauty of a fortuitous appointment . Objects anchored by the power of a formal composition are no longer conventional or decorative objects, but photographic objects .
However, we are far from ascetic photography. Daily life – a disturbing familiarity – reaches us by distant scent . Almost erased, but still noticeable.
 Staging confuses us. Objects are unrecognizable , imprisoned in reversed plans , in vertical and indeterminable horizons. We can name the visible elements of these silent compositions, yet everything escapes from us. As a vertigo , the composition is damned , it will never be able to decompose. It is the image of an image. Taxidermy, omnipresent, made the wildlife survivor to its own death. In this, these natures are twice dead .
Neither hunting trophies nor vanity. No flesh was consumed, it just disappeared.
Text by Clothilde Sourdeval / May 2014